Guide de bonnes pratiques pour le recueil de données

Vous avez l’intention de vous lancer dans le recueil de données afin d’enrichir le corpus du dispositif FLEURON et nous vous en remercions ! 

Ce guide a été élaboré pour vous aider. Vous y trouverez une liste d’aspects méthodologiques et techniques à prendre en compte pour réaliser votre recueil ainsi que quelques idées concrètes de captation dont vous pourrez vous inspirer.

⇒ Accéder au guide en version PDF

Tout le monde ! 

Que vous soyez étudiants, apprenants, enseignants ou extérieurs au domaine du Français Langue Etrangère, vous pouvez participez au projet FLEURON en nous envoyant vos vidéos.

Vous pouvez choisir de filmer deux types d’interactions :

  • Les interactions spontannées, qui correspondent à des situations de la vie quotidienne (demander son chemin sur le campus, finaliser son inscription au service de scolarité, accueillir chez soi des amis qui viennent d’arriver, etc.) ; 
  • Les interactions sollicitées, qui à l’inverse des interactions spontannées renvoient à des situations « provoquées ». Il peut s’agir par exemple d’un témoignage (exemple : on demande à un étudiant étranger de raconter son arrivée en France) ou d’une situation au cours de laquelle quelqu’un donne des explications sur le fonctionnement d’un lieu, d’une procédure, etc.
Pour vous aider à saisir la différence les deux vidéos ci-dessous ont été filmées le même jour et au même endroit mais elles ne font pas partie du même type de données.
 

FLEURON est un dispositif d’apprentissage de la langue française qui vise l’intégration des étudiants étrangers en France.

Il est donc nécessaire de choisir des situations auxquelles ces étudiants pourraient être amenés à participer. Le mieux est de se poser la question suivante : Qu’est-ce qu’un étudiant a besoin de faire, de dire, de savoir pour vivre en France ?

⇒ Attention ! Certaines situations ne nécessitent pas d’échanges verbaux et n’auront pas de réel intérêt pour le corpus (exemple : achat d’un billet de train à une borne).

⇒ Attention ! Certaines situations ne pourront pas intégrer le corpus car elles incitent à l’achat de tabac, d’alcool ou de jeux, etc. (exemple : achat de cigarettes dans un bureau de tabac).

  • Matériel : il n’est pas nécessaire de s’équiper de matériel professionnel pour réaliser votre captation. Un smartphone peut suffire mais la qualité doit être suffisamment bonne pour que l’on puisse voir nettement ce qu’il se passe et surtout entendre clairement ce que les participants disent.

⇒ Attention ! Ne filmez jamais en mode portrait mais en mode paysage.

⇒ Attention ! Vous devez apparaître dans la vidéo si vous participez à la situation. Utilisez un trépied ou demandez à quelqu’un d’autre de filmer à votre place si vous faites partie de l’interaction.

  • Nombre de participants et lieu de l’interaction : Il est préférable de choisir un nombre de participants restreint pour éviter que la situation devienne incompréhensible pour l’apprenant et difficile à transcrire lors du traitement de la vidéo.

⇒ Attention ! Il sera très difficile d’obtenir une qualité de son correcte dans certains lieux (rassemblements, concerts, lieux qui accueillent beaucoup de personnes en même temps, etc.).

  • Cadrage : Tous les participants doivent être visibles dans votre vidéo. Celle-ci peut être prise en plan fixe ou non, l’important est que les participants à l’interaction soient dans le cadre et que l’on puisse voir leur visage lorsqu’ils parlent.
  • Matériel : il n’est pas nécessaire de s’équiper de matériel professionnel pour réaliser votre captation. Un smartphone peut suffire mais la qualité doit être suffisamment bonne pour que l’on puisse voir nettement ce qu’il se passe et surtout entendre clairement ce que les participants disent.

⇒ Attention ! Ne filmez jamais en mode portrait mais en mode paysage.

⇒ Attention ! Vous devez apparaître dans la vidéo si vous participez à la situation. Utilisez un trépied ou demandez à quelqu’un d’autre de filmer à votre place si vous faites partie de l’interaction.

  • Nombre de participants et lieu de l’interaction : Il est préférable de choisir un nombre de participants restreint pour éviter que la situation devienne incompréhensible pour l’apprenant et difficile à transcrire lors du traitement de la vidéo.

⇒ Attention ! Il sera très difficile d’obtenir une qualité de son correcte dans certains lieux (rassemblements, concerts, lieux qui accueillent beaucoup de personnes en même temps, etc.).

  • Cadrage : Tous les participants doivent être visibles dans votre vidéo. Celle-ci peut être prise en plan fixe ou non, l’important est que les participants à l’interaction soient dans le cadre et que l’on puisse voir leur visage lorsqu’ils parlent.

Tout le monde peut participer à l’interaction tant que celle-ci est en lien avec la vie étudiante en France ! Il n’est pas nécessaire de chercher le « locuteur parfait » puisque les interactions doivent être authentiques et refléter le français qu’on peut entendre au quotidien.

  • Locuteurs natifs et non natifs : Les participants peuvent être locuteurs natifs ou non natifs de la langue française. Les locuteurs non natifs devront cependant avoir un bon niveau de langue.
  • Variété de français : Toutes les variétés régionales de français peuvent être représentées dans vos vidéos (France métropolitaine et des DROM-COM uniquement).
  • Autorisation d’enregistrement : Il est absolument nécessaire de demander leur autorisation aux personnes qui seront filmées. Pour cela, il faudra faire signer à chacun des participants une autorisation à l’enregistrement. Celle-ci est téléchargeable sur la page « Participez !» du site.

⇒ Attention ! Si des personnes mineures apparaissent dans votre vidéo, il faudra faire signer une autorisation par leur responsable légal.

Le corpus de FLEURON rassemble des données authentiques. Par authentique, on entend que les situations filmées ne sont pas jouées et que le discours entendu correspond à celui du quotidien.

Interactions spontanées :

Gardez à l’esprit que la situation que vous allez filmer se serait produite naturellement et doit se passer exactement comme s’il n’y avait pas de caméra au moment de l’interaction.

Pour atteindre cet objectif, il faut que le but de l’interaction soit authentique.

Exemple : j’ai un ami qui souhaite s’inscrire dans une auto-école pour prendre des heures de conduite.

Je l’accompagne lors de l’inscription et je demande à filmer l’interaction.

Exemple : une de mes connaissances travaille comme agent d’accueil dans un cinéma.

⇒ Avec son autorisation et celles de ses supérieurs, je l’accompagne sur son lieu de travail et je demande aux clients s’ils veulent bien être filmés pendant qu’ils achètent un billet.

Osez proposer aux gens d’être filmés ! En expliquant clairement le but de la captation, on est parfois surpris du nombre de personnes qui acceptent de participer.

Interactions sollicitées :

N’oubliez pas que même dans ce cas, l’échange filmé est une conversation entre plusieurs participants et non une « interview ». Si vous participez, ne préparez pas trop vos questions et surtout, n’oubliez pas que vous devez apparaître vous aussi dans la vidéo.

Exemples de captations

Voici quelques exemples de captations qui n’existent pas encore sur FLEURON. Pour vous inspirer, vous pouvez aussi consulter les différentes catégories de ressources sur la plateforme du site. Elles vous donneront sûrement d’autres idées.

Vous êtes par ailleurs libre de vous inspirer directement des interactions déjà présentes sur la plateforme. La ville de Nancy et l’Université de Lorraine sont très représentées dans le corpus FLEURON et il serait intéressant de compléter les données actuelles avec des vidéos filmées dans d’autres universités et d’autres villes de France.

Interactions spontanées

  • Echanger pour organiser une séance de travail entre étudiants
  • Echanger au cours d’un rendez-vous avec un agent du CROUS, de la préfecture, d’une mutuelle étudiante
  • Passer une commande dans un restaurant
  • Acheter quelque chose sur une brocante / marché
  • Acheter de la nourriture dans une épicerie / une épicerie solidaire
  • Prendre un covoiturage (début de trajet / discussion / fin de trajet)
  • Se rendre chez le coiffeur et expliquer la coupe qu’on souhaite

Interactions sollicitées

  • Expliquer certains aspects du système universitaire (journée de rentrée des étudiants, journée portes ouvertes, CM/TD, principe du semestre, de l’UE, des ECTS, etc.) en posant des questions à un agent de scolarité ou à un personnel d’une université / école d’enseignement supérieur
  • Expliquer certaines procédures à la préfecture, à la CAF, au CROUS
  • Expliquer et montrer comment louer un vélo en libre-service
  • Parler des « bons plans » de sa ville (épicerie solidaire, points de vente des associations caritatives, lieux de culture qui pratiquent les réductions pour les étudiants, etc.)